S'éveiller
Le coronavirus nous oblige à jouer collectif !

Le coronavirus nous oblige à jouer collectif !

Il est temps de tisser les liens entre nous, inventer de nouvelles formes de solidarités, innover, garder le calme, se sentir tous responsables, éviter les fausses informations qui circulent  et nous perturbent davantage, s’occuper les uns des autres, retrouver le sens de l’essentiel, lire, s’intéresser à la culture, à l’éducation, et au sens des choses. 

Les efforts sont majestueusement remarquables. La sensibilisation est partout où nous allons. L’état de son côté, les autorités, les médecins, les médias,  les imams de mosquées, les influenceurs: youtubeurs, chanteurs et acteurs…  ont tous fait preuve d’agilité et de solidarité face à cette crise.

La balle est maintenant dans notre camp. Notre comportement seul conditionne les chiffres affichés dans nos écrans. Soyons à la hauteur ! 

La liberté de chacun dépend de la collaboration, de la compréhension, de l’adaptabilité et de la solidarité de tous. Cela requiert une mobilisation générale pour surmonter la pandémie. Chacun, individuellement, doit prendre ses précautions non seulement pour lui-même, mais pour sa communauté et ceux qui lui sont chers. 

Etre solidaire ne veut pas dire seulement avoir de la compassion, C’est un sentiment d’unité et de responsabilité commune. C’est la base. La solidarité humaine est le lien fraternel et la valeur sociale qui nous unissent en tant qu’humains et peuple. C’est une démarche humaniste qui fait prendre conscience que nous appartenons tous à la même communauté.

Le coronavirus nous pousse à méditer sur plusieurs façades de l’histoire. Le vieillissement des sociétés, la dégringolade de notre écosystème (faune et flore), la pollution, notre mode de consommation, et les enjeux multiples qui y sont associés. 

Il a donné une leçon très frappante au monde entier: la santé n’est pas un luxe, elle doit être accessible à tous, pauvres ou aisés. Nous sommes tous des humains. 

Le virus nous parle déjà de nous même, en tant qu’individus et en tant que société, il nous parle de méditation, d’adaptation, du sens de responsabilité, de patience, d’espoir, de solidarité, de foi, de recherche scientifique, de connexion avec nos proches, de priorités, de valeurs, de notre rôle en tant que citoyens ainsi que notre valeur dans le monde professionnel et personnel…  

Avons-nous besoin du coronavirus pour comprendre nos priorités? Pour nous rendre service nous même, les uns les autres, et surtout rendre service à notre planète ? Quelles traces et empreintes sur nos société et sur le monde souhaitons-nous laisser ?

Khawla MSSYAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *